L'investissement socialement responsable

Comment intégrer l'investissement socialement responsable dans un portefeuille?

23 septembre 2020
|
3 MN LECTURE

L’essor depuis quelques années de l’Investissement Socialement Responsable (ISR) a semble-t-il été accéléré par les évènements récents, qui ont provoqué une prise de conscience chez les investisseurs de l’importance des enjeux extra-financiers.
En effet, ces données extra-financières ont été peu à peu intégrées dans les processus de gestion pour sélectionner les valeurs d’entreprises en complément des données financières classiques, avec pour objectif l’identification des sociétés performantes à moyen et long terme, dans une période marquée par de profonds changements structurels.

Les différentes formes de l’investissement socialement responsable

L’Investissement Socialement Responsable (ISR) se décline sous 3 formes principales :

  • Les fonds socialement responsables ou de développement durable : ces fonds intègrent dans leur processus de gestion les critères environnementaux, sociaux et de gouvernances (ESG) et adoptent une approche dite “best-in-class”qui consiste à favoriser les entreprises qui ont les meilleures notes d’un point de vue extra-financier.
  • Les fonds d’exclusion : ces fonds s’illustrent par l’exclusion de certaines entreprises, qui soit ne respectent pas les conventions internationales (exclusions normatives) ou plus simplement qui appartiennent à certains secteurs controversés (exclusions sectorielles).
  • Les fonds thématiques : ces fonds favorisent les investissements dans des entreprises appartenant à un même secteur d’activité ou une même zone géographique. Ils permettent de cibler les tendances d’investissement tout en sélectionnant les secteurs d’activité les plus résilients.

En 2019, les encours des fonds durables ouverts aux particuliers ont été multipliés par deux pour atteindre près de 280 milliards d’euros

NOVETHIC

Ces fonds sont identifiables grâce aux différents labels de la finance responsable, attribués en contrepartie du respect de certaines exigences strictes. Deux principaux labels en France sont reconnus et soutenus par les pouvoirs publics, à savoir :

  1. Le Label ISR : créé en 2016, ce label exige non seulement la transparence et la qualité de la gestion ISR mais demande aussi aux fonds de démontrer l’impact concret de leur gestion ISR sur certains aspects (environnement, social…)
  2. Le Label Greenfin : créé par le ministère de la Transition écologique et solidaire, ce label garantit la qualité verte des OPCVM, et possède la particularité d’exclure les fonds qui investissent dans des entreprises opérant dans le secteur nucléaire et les énergies fossiles.

Les vecteurs d'intégration en portefeuille

Il existe aujourd’hui différents moyens d’intégrer l’Investissement Socialement Responsable en portefeuille, en utilisant diverses typologies de supports dont les profils de risques varient.

Le segment actuellement le plus développé et le plus présent au sein des portefeuilles, aussi bien des investisseurs institutionnels que des particuliers, est celui des OPCVM cotés, qui permettent d’investir de façon indirecte dans des actions ou des obligations d’entreprises considérées comme responsables. L’éventail des fonds labellisés s’est considérablement élargi ces dernières années, et la tendance est clairement à la poursuite de cette hausse au vu de la surperformance globale de ces supports par rapport à l’ensemble du marché.
Il est donc possible de donner à un portefeuille une orientation plus responsable, en sélectionnant des thématiques spécifiques (environnement, égalité homme/femme, lutte contre le cancer) ou des stratégies à impact positif.
Il existe également des émissions obligataires dédiées à des projets relatifs à la transition énergétique : les obligations émises sont appelées “green bonds”, et se sont démocratisées ces dernières années, que ce soit au sein des banques mais également des entreprises.

Le secteur de l’investissement non coté est aussi devenu une alternative crédible ces dernières années, notamment auprès des investisseurs institutionnels, permettant d’une part d’amener un supplément de diversification en portefeuille, mais surtout d’avoir un impact plus concret en finançant de façon directe l’économie réelle.
Les fonds de capital-investissement (Private Equity) se sont donc orientés vers le financements d’infrastructures ayant un impact positif sur l’environnement ou sur la société de façon globale, et ont initié des projets visant à soutenir des entreprises à la politique RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises) solide.
L’immobilier, notamment par le biais des SCPI, a également consacré une partie de son expansion aux critères environnementaux et sociaux, ces dernier permettant en partie d’augmenter la durabilité et la valeur d’un bien.

Bien que l’Investissement Socialement Responsable (ISR) constitue un enjeu de longue date, la crise sanitaire a considérablement renforcé la pertinence de l’investissement durable en portefeuille, et le panel des supports d’investissement tend à être de plus en plus diversifié, pour donner à toutes les typologies d’investisseurs l’opportunité de “donner un sens” à leur portefeuille.

Développé avec passion par
lucilecollignon.com