Optimiser son patrimoine

Investisseurs privés : comment optimiser ses investissements ?

6 octobre 2020
|
5 MN LECTURE

La création et la gestion d’un portefeuille forment un processus complexe, qui doit prendre en compte non seulement les choix finaux de placement, mais aussi le profil de l’investisseur, les contraintes auxquelles il est soumis, ainsi que le contexte dans lequel il évolue. Pour les équipes de Tresia, un projet d’investissement réussi respecte des étapes rigoureuses et se base sur la compréhension permanente des objectifs et spécificités de nos clients.

Définir le profil de l’investisseur

La première étape pour définir le profil d’un investisseur est de déterminer ses besoins et espérances. Plusieurs critères rentrent en ligne de compte:

  1. La capacité à prendre du risque : cet indicateur représente le niveau de risque qu’un investisseur peut se permettre de prendre. Chaque investisseur a un rapport différent aux risques en fonction des fonds propres détenus, des dépenses de fonctionnement envisagées pour le prochain exercice ou de l’horizon de placement qu’il envisage.
  2. La volonté à prendre du risque : là où la capacité de prise de risque est un critère objectif dépendant de la situation de l’investisseur, la volonté à prendre du risque dépend plutôt de facteurs subjectifs. Cette tolérance au risque reflète la personnalité de chaque investisseur, ses convictions et ses expériences personnelles de placements.
  3. L’espérance de rendement : Ce n’est qu’en ayant en ligne de mire cette relation au risque qu’un investisseur peut émettre des hypothèses sur ses volontés de rendement. En effet, même si le but est de maximiser ses placements, un investisseur ne peut espérer des rendements de 3/4% par an sans prendre les risques qui y sont corrélés.

Une fois les besoins de l’investisseur cernés, il convient de les mettre en perspective avec les contraintes qui s’exercent sur lui. Ces contraintes peuvent être endogènes, fixées par l’investisseur lui-même, ou exogènes, c’est-à-dire dictées par l’environnement réglementaire ou fiscal :

  • L’horizon : il correspond à la contrainte de temps qui s’exerce sur l’investisseur. La situation future envisagée par chacun de nos clients est différente: un investisseur jeune aura une perspective à plus long terme qu’un retraité par exemple.
  • Le besoin de flux fixe : Les dépenses prévues par chaque particulier sont très variables. Un portefeuille doit donc prendre en compte les besoins futurs de son détenteur, qui peut par exemple envisager des dépenses à moyen terme pour les études de ses enfants etc.
  • La fiscalité : l’optimisation de la charge fiscale peut être un motif légitime de choix d’investissement pour les clients privés, qui peuvent par exemple choisir une assurance-vie pour les avantages qu’elle offre dans le cadre d’une succession.
  • Les contraintes fixées par l’investisseur lui-même : chaque investisseur privé impose certaines limites dans la nature de ses placements. Certains détenteurs de portefeuille peuvent privilégier un secteur d’activité particulier (agriculture, économie sociale et solidaire…), refuser de financer certains autres (vente d’armes, tabac…) ou encore investir dans des placements certifiés ISR (Investissement socialement responsable), qui garantit une certaine exemplarité en terme d’impact environnemental et de gouvernance.

Le périmètre des besoins et contraintes permet ainsi de déterminer un profil d’investisseur personnalisé et de dresser une charte d’investissements, permettant au gestionnaire de fixer un cadre et des lignes directrices pour constituer le portefeuille du client. Chez Tresia, nos équipes vous accompagnent dans la mise en place de cette charte d'investissement, et s'attachent à construire une allocation d'actifs qui y soit fidèle.

Allocation stratégique et tactique

Une fois le profil de l’investisseur dressé, il convient d’abord de synthétiser le couple rendement/risque à travers une combinaison d’investissements variés et équilibrés (contrats de capitalisation, CAT, produits structurés, Private equity, immobilier etc…).

L’allocation stratégique permet de fixer la proportion de chaque type d’actif au sein du portefeuille (part des obligations, des actions, de l’immobilier direct ou indirect…). Cette allocation est une sorte de feuille de route optimale, qui a pour but de maximiser la cohérence et le rendement du portefeuille à long terme. Tous les critères énoncés plus haut entrent en compte dans le calcul de ces proportions optimales: l’horizon d’investissement va participer à déterminer, par exemple, la part de la poche obligataire (plutôt court terme) par rapport à celle de la poche actions (moyen terme) et immobilier (long terme); la tolérance au risque va pousser à un certain degré de prudence qui encourage à choisir des investissements décorrélés les uns des autres pour lisser le risque.

Par la suite, l’allocation tactique permet de mettre en perspective l’allocation stratégique avec les réalités de la conjoncture macroéconomique et de l’évolution des marchés. Les variations des indices boursiers, les perspectives des taux directeurs ou de l’inflation peuvent influer sur les proportions conseillées de chaque type d’actifs: une perspective haussière du marché actions entraînera une contraction de la partie obligataire, et inversement. L’objectif de l’allocation tactique est bien sûr de rester dans les bornes fixées en amont par l’analyse stratégique, mais de piloter le portefeuille de manière à affiner cette allocation et ainsi maximiser son rendement. Pour exemple, à la suite de l’allocation stratégique, la poche action peut être fixée à une proportion optimale de 40% du portefeuille, avec des bornes allant de 30 à 50%; à la suite de l’allocation tactique, ce chiffre sera fixé, pour une période donnée, à 42%.

Sélection des supports d’investissement, contrôle et surveillance

L’étape de la sélection des supports n’arrive qu’à la fin du processus de constitution d’un portefeuille. Cette sélection est en effet conditionnée par tous les points présentés plus haut, qui permettent de choisir les fonds euros, supports en unités de comptes ou contrats multisupports les plus adaptés à la situation du client, en fonction de leur nature : fonds ouverts ou dédiés, mobiliers (SICAV, SCP…) ou immobiliers (SCPI, OPCI…), des classes d’actifs concernées (actions, obligations, private equity) et des performances espérées (couple rendement/risque). Chez Tresia, les membres de l’équipe allocations et marchés sont chargés de réaliser les appels d’offre, l’analyse et la souscription aux meilleurs fonds pour offrir la solution optimale à chaque client.

Dans une perspective d’accompagnement global, le pilotage du portefeuille demande ensuite une vigilance constante afin de s’assurer que l’allocation tactique reste adaptée à l’évolution des marchés et des besoins de l’investisseur. Le contrôle des rendements et la surveillance des choix de gestion des fonds donne lieu à des arbitrages réguliers qui permettent de contrôler les proportions de chaque type d’actifs et de sortir ou ajouter des lignes au portefeuille de chaque investisseur.

Développé avec passion par
lucilecollignon.com